band_observation.jpg

Le développement territorial

Partant du constat que le taux de chômage ne parvenait pas à passer sous le seuil des 10% alors que le bassin minier était globalement créateur d’emplois sur ces 15 dernières années, la Mission Bassin Minier a souhaité comprendre les raisons de cette situation.

Dès les années 1950-1960, la reconversion économique du bassin minier Nord – Pas-de-Calais est engagée afin de pallier la disparition programmée des 220 000 emplois miniers qui s’échelonnera sur un peu plus de 30 ans. Pour autant, les succès de cette politique ambitieuse ne suffisent pas à assurer un emploi à tous, et ce en dépit de la création de plusieurs milliers d’emplois, notamment dans la filière automobile. Au contraire, le taux de chômage reste sur l’ensemble du territoire supérieur à la moyenne nationale et la situation sociale continue à se dégrader (cf. observatoire sociodémographique). Comment expliquer ce décalage entre développement économique et augmentation de la pauvreté ?

Zone d'activités de Douai - Dorignies

Les paradoxes du bassin minier

Alors que jusqu’en 2008 le bassin minier enregistre sur le plan économique une embellie,  avec un taux de croissance de l’emploi salarié privé supérieur à la moyenne française, la pauvreté est de plus en plus préoccupante sur le territoire.

En 2006, un premier séminaire de réflexion sur le thème de « quel développement territorial pour le bassin minier ? » a été l’occasion de s’interroger sur les facteurs contribuant à la fois au développement économique et social d’un territoire. Au cœur des débats ; l’intervention de Laurent DAVEZIES, économiste et auteur du Grand Tournant ; Nord - Pas-de-Calais, 1975-2005, qui a présenté ses travaux relatifs aux mécanismes de formation du revenu sur un territoire, et en particulier sur la place que ceux-ci occupaient dans le développement de la région Nord - Pas-de-Calais et du bassin minier. Plusieurs mécanismes se conjuguent ainsi pour expliquer ce premier paradoxe :

Plusieurs mécanismes se conjuguent pour expliquer ce premier paradoxe :

  • tout d’abord, le bassin minier est pénalisé par le déficit d’emplois publics. Malgré le rattrapage amorcé ces dernières années, ce territoire reste sous-encadré au plan administratif. Ce déficit risque d’être encore plus marqué dans le futur si la population continue de baisser, avec un risque de perte de revenus supplémentaires pour le territoire.
  • autre pénalisation ; le solde migratoire négatif des retraités qui entraîne une perte de revenus. Cette perte est d’autant plus grande que ce sont les retraités les plus riches qui « fuient » le Nord – Pas-de-Calais, et en particulier le bassin minier. Aujourd’hui, les retraites y jouent un rôle d’amortisseur social, créant dans ce territoire une économie de rente viagère. Mais un risque majeur se profile ; que se passera-t-il dans une 15ne d’années avec la disparition des retraités des mines qui tarira une bonne part des flux liés aux retraites ?
int_titre_sur_ce_projet

Rôle de la MBM

Outil d’analyse, de sensibilisation, d’aide à la décision, voire d’interpellation, la Mission Bassin Minier est avant tout un lieu de débats, d’échanges, de confrontation parfois, sur les grands enjeux du bassin minier. Au centre de sa méthodologie de travail :

  • le partenariat avec l’ensemble des acteurs publics ou privés, élus ou techniciens qui interviennent sur ce territoire,
  • la transversalité dans les problématiques abordées ou les échelles d’analyse.

Qu’elle soit à l’initiative des études menées dans le cadre de son chantier « Observation – Prospective » ou qu’elle contribue aux réflexions engagées par des tiers, elle a pour vocation d’enrichir la connaissance des acteurs politiques et techniques sur les phénomènes socio-économiques observés au niveau de ce territoire. Bénéficiant d’une indépendance et d’un savoir-faire reconnus dans l’appréhension et l’analyse de ces phénomènes, la Mission Bassin Minier est devenue aujourd’hui un acteur de premier ordre dans le domaine de l’observation à l’échelle du bassin minier.

Partenaires

  • l'INSEE Nord – Pas-de-Calais
  • la Communauté d’Agglomération d’Hénin-Carvin
  • la Communauté d'Agglomération de Lens-Liévin
  • la Communauté d’Agglomération Valenciennes Métropole
  • le Centre Hospitalier de Valenciennes
  • l’Association des Industries du Ferroviaire du Valenciennois
  • l’Agence Nationale de Garantie des Droits des Mineurs
  • le Rectorat de Lille
  • le Pôle Emploi Nord – Pas-de-Calais
  • l'Agence d'Urbanisme de l'Arrondissement de Béthune

Contacts

Vincent Froger
Directeur d’études observation – prospective
vfroger(at)missionbassinminier(dot)org

Laurent Duquenne
Chargé de mission études socio-économiques
lduquenne(at)missionbassinminier(dot)org

Tel : 33+ (0) 321 08 72 72

 

L'augmentation significative de la création d’emplois coexiste également avec une hausse du chômage importante alors que la population diminue. Ce décalage s’explique par le fait que la population active, portée par l'accroissement du taux d'activité féminin, croît plus vite que le nombre d'emplois sur le territoire. Par ailleurs, une bonne part des emplois créés ne profite pas aux habitants du territoire en raison de la mobilité géographique des actifs. La déconnexion entre le lieu de résidence et le lieu d’emploi est de plus en plus importante au sein de la population active. Heureusement, ces phénomènes jouent aussi en sens inverse. Le nombre des actifs résidant dans le bassin minier mais travaillant ailleurs, en particulier dans la métropole lilloise, est significatif. Développer l’emploi dans le bassin minier ne constitue donc pas une condition suffisante pour offrir des emplois aux actifs résidents en raison du décloisonnement des marchés de l’emploi et de la mobilité de la main d’œuvre. Il s'agit également de faire face à l'absence ou l'inadéquation des qualifications des actifs par rapport aux emplois proposés.

Face à ces constats, la question du développement territorial s’est logiquement imposée comme un axe de travail pour la Mission Bassin Minier. Deux approches ont été initialement privilégiées ; les études dites « d’inscription territoriale » menées en partenariat avec l’INSEE Nord – Pas-de-Calais d’une part, et une analyse plus spécifique de l’impact économique de la présence des ayants droit des mines sur le territoire d’autre part. La mise en place d'un observatoire économique, à partir de septembre 2011, a permis de mettre en évidence les dynamiques économiques à l'œuvre sur le territoire du Bassin minier au travers d'analyses des évolutions de l'emploi salarié privé et de la création d'établissements. Cet observatoire a également donné lieu à des publications sur les niveaux de revenus (revenus fiscaux globaux, retraites) de la population du territoire.

Evaluer l’impact des entreprises dans le tissu économique local

Fondées sur les Déclarations Annuelles des Données Sociales (DADS) faites par les entreprises auprès de l’URSSAF, les études d’inscription territoriale poursuivent 2 grands objectifs :

  • 1. la caractérisation des dynamiques de développement d’une zone d’activités ou d’une filière économique. Y sont abordées les questions relatives à l’emploi (notamment féminin et des jeunes), à la nature des postes, des contrats (CDI – CDD), à la durée du travail (temps partiel – temps complet), à l’ancienneté des salariés… mais également à l’évolution des activités (tertiarisation de l’économie…), 
  • 2. la mesure du rayonnement des établissements d’une zone en termes d’emplois au lieu de résidence. En particulier, les emplois bénéficient-ils à des habitants du territoire d’implantation ou la zone d’influence est-elle plus étendue ? L’objectif étant d’aborder, à partir d’exemples précis, la question de la déconnexion entre le lieu de résidence et le lieu d’emploi.

L’intérêt de ce type d’études réside dans son approche transversale des enjeux de développement d’un territoire et ne se limite pas à la seule dimension économique. Les problématiques de transport/déplacement, de formation/emploi ou d’attractivité résidentielle… sont autant de sujets que permettent d’aborder les études d’inscription territoriale.
Dès 2007, la Mission Bassin Minier a engagé une première étude sur le pôle industriel, commercial et de services d’Hénin-Beaumont / Noyelles-Godault. Plusieurs raisons ont guidé ce choix ; l’implantation géographique de ce pôle au cœur du tissu urbain dense du bassin minier, les mutations économiques récentes observées sur ce site, le côté emblématique du pôle commercial et de services dont le rayonnement dépasse les limites du bassin minier… (cf. urbanisme commercial)

Le poids des ayants droit des mines dans l’économie du bassin minier

2ème thème d’étude de la Mission Bassin Minier ; l’impact économique de la présence des ayants droit des mines sur le territoire. Si l’arrêt de l’activité minière au début des années 1990 a fortement bouleversé l’économie du bassin minier, la disparition des ayants droit et veuves des mines d’ici une 15ne d’années représente non seulement une étape majeure dans l’histoire sociale de ce territoire, mais aussi un tournant économique important pour le bassin minier Nord – Pas-de-Calais. Avec ces personnes disparaîtront les transferts socio-économiques générés par l’activité minière ; transferts contribuant d’une part au soutien de la consommation des ménages de ce territoire (et donc à la création d’emplois localement) et d’autre part à limiter les phénomènes de décrochage social des ménages les plus en difficulté en les maintenant dans des réseaux de solidarité familiale. Face à la méconnaissance des enjeux socio-économiques liés à la disparition des ayants droit et veuves des mines, la Mission Bassin Minier a engagé un travail d’analyse des données de l’Agence Nationale de Garantie des Droits des Mineurs (ANGDM).

La formation, enjeu majeur pour le bassin minier

La formation demeure un enjeu majeur pour le bassin minier qui est encore marqué par un important retard de sa population dans ce domaine, et ce en dépit d’investissements conséquents ces 20 dernières années (implantation de pôles universitaires notamment).  Ce constat se solde par des difficultés d’employabilité d’une partie de la population, la plus éloignée de l’emploi, et incite les entreprises à élargir l’aire de recrutement de leurs salariés bien au-delà du territoire. Par ailleurs, si la formation joue un rôle crucial dans l'adaptation des jeunes et des actifs aux besoins des entreprises, elle peut également constituer un moteur de développement économique en permettant d'attirer de nouvelles activités sur le territoire. Des réflexions ont été engagées sur le thème de l'emploi - formation dans le cadre du chantier n°6 "Formation et Economie" de la Conférence Permanente du Bassin Minier (CPBM) et se poursuivent avec différents partenaires, dont le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais et le Rectorat de Lille.